lundi 16 novembre 2015

le colorisme, mal de ce siècle


Le colorisme se définit comme les discriminations subies en fonction de la couleur de la peau. Il se manifeste à travers le statut social. Les opportunités de travail sont alors plus facilement accordées à une catégorie de personnes (souvent celles à peau claire). Le colorisme est présent dans le monde entier. Cela questionne notre vision de nous même, car contrairement au racisme c'est un comportement visible à l'intérieur d'un même groupe ethnique. On peut l'observer dans différentes parties du monde.
Ce phénomène désigne, comme précédemment mentionné, la préférence des populations à peau claire au détriment de celles à peau foncée. Il concerne plus fréquemment les femmes. Des études ont montré que de tout temps, même dans des régions ayant peu été en contact avec les colons européens, les femmes claires emportaient la faveur des hommes. Cependant, certaines mentalités ont été entérinées pendant l'esclavage. L'idée selon laquelle les personnes foncées étaient inférieures a largement été répandue pendant plus de quatre siècles. Aujourd'hui, cette page de l'histoire a laissé des traces.
Les deux Claire de ma famille d'abord
Le colorisme fait partie du quotidien aux Etats Unis. On le voit au cinéma, ou sur le petit écran. Je vous donne deux exemples: vous souvenez-vous du personnage de Vivianne dans le Prince de Bel Air? Il a été remplacé par une femme au teint clair. Et Claire dans ma famille d'abord? Même traitement. Je ne dis pas que ces personnes sont devenues persona non grata du fait de leur carnation, mais qu'en cas de remplacement c'est systématiquement un acteur plus clair qui est choisi. Mais cela ne s'arrête pas là, les personnes claires sont sélectionnées dans les publicités, films ou autre en raison du fait qu'en moyenne il s'agirait de la préférence des afro américains.Toujours pour aller plus loin, des études montrent une corrélation entre le taux de mélanine et la position hierarchique au travail. Ainsi les clairs auraient plus tendance à occuper des postes à responsabilité. Il en serait de même pour le niveau de formation. Il ne faut pas chercher loin pour voir apparaître ce complexe Outre Atlantique. Nombreux sont ceux qui soutiennent que Barrack Obama n'aurait jamais été président si sa peau avait été plus foncée.
Les deux Vivianne du Prince de Bel Air
Le colorisme s'étend jusqu'en Asie. Regardez l'Inde par exemple. Prenons le cinéma, qui bien souvent reflète la société. Avez-vous déjà vu une star de Bollywood au teint foncé? Pourtant les indiens au teint noirs sont loin d'être une minorité. Ils sont surtout implantés dans le sud de l'Inde. Des études montrent que les indiens n'accordaient autrefois aucune préférence sur le base de la couleur de la peau. Les indiens à peau noire étaient visible à tous les échelons de la société. Le dieu Krishna avait la peau noire et était pourtant reconnu comme un modèle de beauté. Bien sûr, au sud de l'Inde ceux à la carnation un peu plus clair était considérés comme plus beaux, mais c'est surtout avec la colonisation que les disparités ce sont accentuées. La peau blanche est devenue synonyme de richesse.
Le dieu krishna était originellement un homme noir
En Amérique du sud, c'est le même son de cloche. Les concours de miss qui sont des évènements incontournables là-bas traduisent bien cette discrimination. Les filles à la peau foncée sont quasi assurées d'échouer. Il existe même des expressions consacrées pour distinguer les types de carnation: hincha pour verre de lait à Porto Rico, morena pour marron. Dans ces contrées, les individus à la peau noire habitent des régions pauvres et délaissées. Au Mexique et au Brésil, on assimile la blancheur de la peau au pouvoir. Vous l'ignorer peut être mais même en Argentine et au Chili on retrouvait des descendants d'esclaves noirs. Une politique d'éradication a été menée, si bien qu'aujourd'hui ils ont pratiquement disparu.
chabins versus nègres
Des distinctions se font également dans les îles chabins versus nègres et surtout pas noir qui ramène au statut d'esclave originaire d'Afrique. Et qu'en est-il justement sur ce grand continent? Et bien la même chose. Plus le teint est clair, plus l'individu a un statut social enviable. On m'a même rapporté il y a quelques temps que des femmes claires se fréquenteraient selon la couleur de leur peau. Un club très fermé en somme, qui n'accepteraient pas les carnations plus foncées. Une pratique qui deviendrait de moins en moins marginale. Le colorisme interroge donc sur l'acceptation de soi même. Il est absurde d'exiger des autres qu'ils respectent nos différences quand il est clair que nous en sommes nous même incapable. L'esclavage ne doit pas servir de prétexte à toutes nos dérives, car de cette manière nous donnons malgré nous raison à nos bourreaux d'hier en acceptant sans concession de nous plier à leur moindre critère.

Source : http://www.beaute-ebene.com/