vendredi 6 novembre 2015

7 faits sur la façon dont "Wall Street" fut créé via l'esclavage

Wall Street est le quartier financier le plus puissant du monde, mais la plupart des gens savent très peu sur son histoire. Pour vraiment comprendre comment fonctionne Wall Street aujourd'hui, il est important de savoir comment tout commença et à quel point le facteur africain fut influent dans sa création. Wall Street fut bâti sur l'esclavage et, à ce jour, Wall Street reste le pilier essentiel du maintien des inégalités raciales et de l'oppression économique à travers le monde.


Les esclaves africains construisent littéralement le mur qui donna à Wall Street son nom:


New York était une colonie néerlandaise appelée New Amsterdam, de la province coloniale hollandaise appelée Nouvelle-Hollande durant la majeure partie du 17e siècle. Par l'intermédiaire de la Compagnie Néerlandaise des Indes Occidentales, les Néerlandais utilisèrent le travail des esclaves africains qui furent déportés à la colonie au alentour de 1627. Le esclaves africains construisirent le mur qui donna son nom à Wall Street. Un mur qui formait la frontière nord de la colonie et qui devait protéger la colonie des  indigènes qui voulaient récupérer leur terre. Donc, dès sa création, le mur fut une barrière assurant la survie des blancs et de la suprématie blanche.


Wall Street était initialement un site de ventes aux enchères d'esclaves:


L'esclavage devint l'épine dorsale de la prospérité économique de New York dans les années 1700. Pour normaliser ce commerce massif d'êtres humains, en 1711 les autorités de New York établirent un marché d'esclaves à Wall Street. Des ventes aux enchères d'esclaves eurent lieu à Wall Street vendant des africains réduits en esclavage comme des marchandises aux commerçants désireux de les acheter. Wall Street fut également un marché où les propriétaires pouvaient louer leur esclaves à la journée ou la semaine.

New York devint le centre financier mondial "grâce" à l'esclavage:


Tout au long des 17e et 18e siècles, comme Phyllis Eckhaus le souligne, New York avait " la plus grande population d'esclaves urbaine dans la partie continentale d'Amérique du Nord ". Par conséquent, New York fut un lieu crucial dans la traite négrière transatlantique, ce qui établit rapidement New York comme la capitale financière du monde.

Les grandes entreprises de Wall Street firentt leurs débuts grâce traite négrière:


Beaucoup de sociétés bien connues et d'institutions financières bénéficièrent de la traite négrière transatlantique, notamment Lehman Brothers (qui fit faillite en 2008), JP Morgan Chase, Wachovia Bank of North Carolina, Aetna Insurance, Bank of America et la Royal Bank of Scotland. Les banques, comme les prédécesseurs de la Wachovia Bank of Charleston et la Bank of North America, et les prédécesseurs de J.P. Morgan Chase, firent des prêts aux propriétaires d'esclaves et acceptèrent les esclaves comme «garantie». Lorsque les propriétaires d'esclaves étaient en défaut de payement, les banques devenaient les nouveaux propriétaires d'esclaves.

Tirer profit de la peur des esclavagistes de la mort des esclaves:


La société Aetna vendit des assurance aux propriétaires d'esclaves qui voulaient protéger leurs investissements (les gens esclaves) à bord des navires négriers au cas où l'un d'eux ceux-ci mourraient (ce qui était un phénomène très courant sur les navires qui les transportent de l'Afrique vers les Amériques). Les compagnies d'assurance compensaient les propriétaires d'esclaves pour la perte des africains qu'ils considérées comme leurs "propriétés". À ce jour, il y a des poursuites contre ces sociétés en demande de réparations pour leur participation à la traite négrière transatlantique.

La traite négrière posa les bases capitalisme mondial:


La traite négrière transatlantique posa les bases du capitalisme mondial moderne. Des millions d'Africains furent arrachés à leurs foyers en Afrique pour travailler dans les colonies européennes d'Amérique du Nord et du Sud et des Caraïbes. Partout en Europe, aux Amériques et dans les Caraïbes, les familles et les entreprises blanches construisirent leur fortune grâce à la traite négrière (des fortunes qui devinrent la base pour les économies à travers le monde). Contrairement aux Amérindiens et aux autres Européens blancs, la main-d'œuvre africaine gratuite fut abondante (si l'un d'entre eux mourrait, il pouvait être remplacé par un autre venu d'Afrique), les Africains n'avaient pas de liens avec les terres américaines, mais savaient comment faire pousser des cultures de rente essentiels comme le coton et le sucre qui poussaient aussi en Afrique. Ces facteurs firent des Africains la main-d'œuvre parfaite pour les puissances coloniales européennes.

Les produits fabriqués par les esclaves créèrent les marchés internationaux:


Le esclaves, qui réaliser de nombreux autres services, furent utilisées pour produire des biens qui  vendus sur les marchés internationaux afin d'en tirer des bénéfices (une caractéristique du capitalisme moderne). En outre, les esclaves eux-mêmes étaient considérés comme des biens et vendus sur les marchés. Les avantages de cela profitaient aux propriétaires d'esclaves et aux investisseurs (et pas aux esclaves). De ce fait, la richesse fut transférée des esclaves  (et leurs descendants) aux propriétaires d'esclaves européens et autres Blancs qui bénéficièrent de ce système. Cela jeta les bases de l'inégalité entre les Blancs et les Noirs et a entraîna la subordination socio-économique des Noirs par rapport aux Blancs pour les générations à venir.


Source : http://atlantablackstar.com/


Traduction libre de Franswa Makandal