vendredi 13 novembre 2015

La Drapetomanie ou la maladie de l'esclave en fuite


En 1849, la convention médicale de l'état de Louisiane choisit Samuel Cartwright, un médecin du Sud et pro-esclavage pour présider un comité; les tâches du Dr Cartwright furent d'enquêter et de faire un rapport sur les différentes maladies spécifiques aux Afro-Américains. Cartwright examina et étudia de nombreux Noirs et rapporta en 1851 lors d'une réunion annuelle certaines de ses conclusions.

Dr Samuel Cartwright
Dans le rapport du Dr Cartwright, "Diseases and Physical Peculiarities of the Negro Race" (Maladies et particularités physiques de la race Nègre), il affirma que les noirs étaient très différents physiologiquement des blancs. Les Noirs avaient, soi-disant, des cerveaux plus petits et la peau plus sensible, et un système nerveux sur-développé . Pour ces raisons, les Noirs auraient une forte propension à la servitude. Le Dr Cartwright fit valoir que

"le nègre est un esclave par nature et ne peut jamais être heureux -. Dans aucune autre condition"

Il inventa le terme  de Drapetomanie, dérivé du grec signifiant "esclave en fuite" et "fou" pour décrire une maladie mentale curable. Lorsque les esclaves étaient infectes par la drapetomanie ils avaient l'envie de fuir l'esclavage et de chercher la liberté.

"Si un esclave devient "maussade et insatisfait sans raison", alors il se peut qu'il ait la drapetomanie et qu'il est sur point de fuir. Cartwright recommande de le fouetter pour que le diable sorte hors de lui."

Cartwright constata que le déclenchement de cette horrible maladie était le fait que les maîtres traitaient leurs esclaves comme des êtres humains et des égaux. Mais, tout n'était pas perdu si un esclave attrapait cette maladie; il y avait un remède. Le remède pour drapetomanie était de violents coups de fouet et l'amputation des orteils. Le maître était ainsi jusqu'à ce que l'esclave soit de nouveau soumis.

Pour les anglophones, écoutez le Dr Bankole-Medina à propos du Dr Cartwright et dela drapetomanie:






Source: http://www.pbs.org/wgbh/aia/part4/4h3106t.html


Traduction de Franswa Makandal