lundi 9 novembre 2015

La guerre Baptiste, la grande révolte des esclaves de la Jamaïque de 1831 à 1832

Statue de Sam Sharpe, Montego Bay

La guerre Baptiste, aussi connu comme la Rébellion de Noël, l'Insurrection de Noël et de la Grande révolte des esclaves de la Jamaïque de 1831 à 1832, fut une rébellion de onze jours qui mobilisa entre 60.000 et 300.000 esclaves de la Jamaïque. Elle fut dirigée par un prédicateur baptiste, Samuel Sharpe, et menée en grande partie par ses partisans.


Idéologie



Les rebelles du missionnaires furent instruits en écoutant le mouvement abolitionniste à Londres; leur intention était d'appeler à une grève générale pacifique. Par rapport à leurs homologues presbytériensMéthodistes, et Moraviens, la plus grande propension des esclaves baptistes à la mobilisation peut refléter un niveau plus élevé d'absentéisme chez les missionnaires baptistes blancs. l'indépendance relative des diacres noir facilita une plus grande appropriation par l'esclave de la vie religieuse, y compris des réinterprétations de la théologie baptiste loin de l'orthodoxie européenne (par exemple, l'accent mis sur Jean-Baptiste, parfois au détriment de Jésus-Christ). Quand Thomas Burchell, un missionnaire à Montego Bay revint d'Angleterre après les vacances de Noël cela provoqua une grande attente parmi le ministère Baptiste qui s'attendait à ce qu'il revienne avec des documents d'émancipation du Roi William. Il y avait en outre espoir que les hommes du roi exécuteraient l'ordonnance. Ainsi, le mécontentement dégénéra lorsque le gouverneur de la Jamaïque proclama qu'aucune émancipation n'avait été accordée.


La grève



Dirigée par le prédicateur Baptiste «afro», Samuel Sharpe, les Noirs exigèrent plus de liberté et un salaire de "la moitié du taux de salaire en vigueur", et le pasteur promit  qu'ils ne retourneraient pas au travail tant que leurs demandes ne serait pas satisfaites par les propriétaires de plantations. Devant le refus de leurs demandes, la grève dégénéra en une rébellion complète. Elle devint le plus grand soulèvement d'esclaves des Antilles britanniques, mobilisant autant entre 60.000 et 300.000 esclaves de la Jamaïque.


Répression et la mort péage


La rébellion fut réprimée avec une relative facilité par les forces britanniques, sous le contrôle de Sir Willoughby Cotton. La réaction du gouvernement jamaïcain et de la plantocratie fut beaucoup plus brutale. Environ cinq cents esclaves furent tuées au total: 207 au cours de la révolte et entre 310 et 340 esclaves furent par "diverses formes d'exécutions judiciaires", même les plus mineures (vol d'un cochon par exemple). Un compte rendu de 1853 écrit par Henry Bleby décrit comment trois ou quatre exécutions simultanées étaient fréquemment observés; on empilait le corps à l'hospice des nègres et on les les enterraient la nuit dans des fosses communes en dehors de la ville. 

Seuls 14 Blancs furent tués par des bataillons d'esclaves armés au cours de la rébellion, qui laissa des dégâts matériels estimés dans le rapport de synthèse de l'Assemblée de la Jamaïque en Mars 1832 à 1 154 589 £ (équivalant à environ 73 057 400 €). 


Beaucoup de planteurs devinrent suspicieux aux sujet des missionnaires. Certains, comme William Knibb, furent arrêtés, mais relâchés plus tard. Des groupes de colons blancs détruisirent les chapelles qui abritaient des congrégations d'esclaves.


Conséquences



La brutalité de la plantocratie pendant la révolte a sans doute accéléré le processus d'émancipation, avec des mesures initiales pour commencer en 1833, suivie par l'émancipation partielle (pure et simple pour les enfants de six ans ou moins, six ans d'apprentissage pour le reste) en 1834, puis l'émancipation inconditionnelle des l'esclaves en 1838.


Dans la littérature



  • Andrea Levy's 2010 novel The Long Song recounts, through a fictional narrative, the events of the Baptist War.
  • The climax of The White Witch of Rosehall, a novel (1929, E. Benn) by Herbert G. de Lisser, coincides with the Baptist War.

Sources :



  • Barry W. Higman, "Slave Populations of the British Caribbean, 1807–1834", Journal of Interdisciplinary History, Vol. 16, No. 2 (Autumn, 1985)

  • Craton, Michael. Testing the Chains: Resistance to Slavery in the British West Indies (Cornell University Press, 1983)
  • Turner, Mary. Slaves and Missionaries: the disintegration of Jamaican slave society, 1787–1834 (University of Illinois Press, 1982)
  • Révauger, Cécile (October 2008). The Abolition of Slavery – The British Debate 1787–1840. Presse Universitaire de France. –108. ISBN 978-2-13-057110-0.
  • Mary Reckord. "The Jamaican Slave Rebellion of 1831", Past & Present (July 1968)
  • Masters, P., 2006: Missionary triumph over slavery. Wakeman Trust, London. ISBN 1-870855-53-1.

Traduction Franswa Makandal