dimanche 22 novembre 2015

La nourriture comme arme, par le docteur Amos Wilson



La dépendance de beaucoup de nations africaines à la distribution de la nourriture occidentale signifie que l'Occident peut utiliser la nourriture comme une arme ultime pour maintenir sa domination de Afrique. Cette situation a incité la CIA à publier, en 1974 une étude intitulée "Potential Implications of Trends in World Population, Food Production, and Climate" [Implications potentielles des tendances dans la population mondiale, la production alimentaire, et le climat, ndlr] dans laquelle il laisse entendre que la dépendance mondiale croissante aux excédents américains laisse présager une augmentation de la puissance et de l'influence américaine, en particulier vis-à-vis des pays pauvres en déficit vivrier ... Les mauvaises années, lorsque les États-Unis ne pouvaient pas répondre à la demande alimentaire de la plupart des prétendus importateurs, Washington allait acquérir un pouvoir de vie et de mort virtuelle sur des multitudes de personnes dans le besoin. Sans avoir à se livrer à un chantage dans tous les sens, les Etats-Unis gagnent une extraordinaire influence politique et économique. 

Les Etats-Unis et leurs alliés européens ont truqué les règles du commerce et des affaires de telle sorte qu'ils gagnent tous les paris. Ces règles visent à exclure, par la manipulation des droits de douane et des quotas, les produits manufacturés d’Afrique, et par conséquent, contribuent à maintenir sa dépendance par rapport aux produits primaires pour la grande majorité de ses exportations. En somme, les «monocultures» d'ingénierie européenne d'Afrique les rendent très vulnérables à la baisse continue et non-anarchique des prix des matières premières. Autrement dit, la dépendance économique de nombreux pays africains par rapport à la vente d'un ou de quelques produits de base aux pays industrialisés, les rend vulnérables aux prix que les nations décident de payer pour de tels produits. Et ces prix sont souvent conçus en faveur de ces pays acheteurs et non par les forces du marché comme on nous le dit souvent . Par conséquent, le solde tant vantée des déficits de paiement de nations africaines sont souvent conçus par l'Occident qui, tout en augmentant les prix de ses exportations vers l'Afrique, abaisse simultanément les prix qu'il paie pour les exportations africaines".

~ Amos N. Wilson "Blueprint for Black Power: A Moral, Political and Economic Imperative for the Twenty-First Century" page 380 


Traduit par Franswa Makandal