samedi 6 septembre 2014

Où sont passées ces populations noir-charbon d'Egypte?



Tout monde sait aujourd'hui que Kemet a été fondé par des populations noires comme le Pr Cheikh Anta Diop. Or quand vous allez à Alexandrie ou au Caire est-ce la population que vous voyez est aussi foncée que celle qu'on peut voir à Luanda, Kinshasa, Kampala ou Bangui? Non, bien sûr. Est-ce à dire que le Pr Cheikh Anta Diop s'était trompé, ou aurait eu tort? Evidemment non.

Alors où sont passées ces populations noir-charbon?

Après plus de 1000 ans de colonisation de peuplement blanc (Grecs, Romains), une partie quitta le nord de l'Egypte pour migrer vers le Sud, au Soudan, plus au Sud encore ou s'enfoncèrent vers l'Ouest.

L’Historien grec Hérodote d'Halicarnasse rapporte un événement qui n'a pas échappé à la vigilance du Pr Cheikh Anta Diop au point qu'il en parle dans Nations Nègres et Culture: 

"Lorsque l'armée égyptienne sera maltraitée sous le règne de Psammétique, guidée par ses cadres, elle ira, au nombre de 200 000, de l'isthme de Suez au Soudan, pour se mettre au service du roi de Nubie" 

[Cheikh Anta Diop, Nations nègres et culture: de l'Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l'Afrique noire d'aujourd'hui, Volumes 1 à 2, p. 225, Présence africaine, 1979]

"Ils étaient au nombre de 200 000 et furent installés dans la région située entre le Bahr-el-Azrek et le Bahr-el-Abyad actuels. Ils s'y multiplièrent et devinrent les "automoles" de l'histoire mentionnés par Hérodote"

[Cheikh Anta Diop, Articles: publiés dans le bulletin de l'IFAN, Institut fondamental d'Afrique noire, 1962-1977, p. 115, Silex, 2006 ]


Et il s'agit là d'une migration gigantesque qui s'est produite sous un Roi égyptien (même si ce dernier était sous influence étrangère). Ce mouvement de migration des populations autochtones vers le Soudan, ou l'Ouest du Continent n'a eu de cesse de s'accentuer avec les différentes invasions des populations blanches étrangères (grecs, romains, perses, ottomans, français, britanniques).

Pour ceux qui n'ont pas pu ou voulu migrer ils ont du subir la pression démographique des gréco-latins (mille ans de colonisation de peuplement entre le 4ème siècle avant JC et le 7ème siècle après JC), et des turques mamelouks et ottomanes (600 ans de colonisation de peuplement). Au final 1 600 ans de métissage pour les populations égyptiennes. Ainsi quand on veut rechercher les descendants directs des Égyptiens pharaoniques, il faut aller dans le Sud de l'Egypte ou en Afrique de l'Ouest. La population égyptienne actuelle étant le fruit de métissages multiples.

ça tout le monde le comprend parfaitement. Donc pourquoi ne pas comprendre que ce qui s'est passé pour l'Egypte s'est passé également pour une partie non-négligeable du monde arabe, Maghreb y compris. Le Maghreb, par exemple, a du subir 300 ans de colonisation de peuplement de la part de l'Empire Ottoman+ 100 de domination occidentale avec l'idéologie de la suprématie racisle blanche inoculée aux populations maghrébine et leurs élites autochtones.

Si l'on prend le cas de l'Algérie, de 1515 à 1830 elle était sous la domination ottomane avec la Régence d'Alger. Avec des Beylerbey (gouverneur) comme les corsaires albano-catalan Khizir Khayr ad-Dîn et son frère cadet Arudj Reïs appelés les frères Barberousse.

Ce même schéma s'est produit dans le reste des pays du Maghreb comme la Tunisie ou la Libye. En Tunisie, par exemple, l'Empire Ottoman a imposé la Régence de Tunis (1574-1881) avec comme premier Dey (chef militaire régent), le janissaire originaire de l'ile de Rhodes Ibrahim Roudesli (de 1591 à 1593).

Ces dirigeants ottomans s'entourèrent d'une armée et plus précisément d'une infanterie d'élite composée d'esclaves blancs que sont les janissaires qui étaient d'origine exclusivement leucoderme: grecque, bulgare, serbe, russe, ukrainienne, roumaine, albanaise, croate, hongroise, arménienne ou géorgienne. 

Certains comme le Corse Mourad Bey (de son vrai nom Jacques Senti) ont fondé en Tunisie une dynastie, celle des Mouradites (1613-1702).

Ces janissaires ainsi que les populations blanches de l'Empire Ottoman qui ont migré au Maghreb se sont mélangés aux populations arabes et kabyles maghrébines pour donner naissance à ce qu'on a appelé dans tout le Maghreb les Kouloughlis (métis d'arabe ou de kabyle et d'ottoman). Ainsi les populations maghrébines ont subit 400 ans de métissage forcé par la colonisation ottomane dans un premier temps puis européenne dans un deuxième quand à partir de 1830 les Nations européennes ont commencé à s'implanter dans cette région et rivaliser avec les Ottomans.

Et comme dans le cas égyptien, les populations autochtones maghrébines qui ne voulaient pas supporter cette domination ont migrer vers le Sud. Ainsi quand on voit le Sud de l'Algérie, le Sud de la Tunisie, le Sud du Maroc, le Sud de l'Egypte, le Sud de la Libye ont a à faire à des populations maghrébines noir-charbon.

Au final l'on se rend compte que depuis le 15ème siècle, les premiers dirigeants autochtones du Maghreb sont ceux qu'ont a connu du temps des guerre d'Indépendance (Ben Barka, Ben Bella, Bourguiba, Kadhafi, Nasser, etc...). Et malgré les 400 ans de lavage de cerveau, de domination blanche, de diffusion du modèle de la suprématie raciale blanche qui se retrouve encore aujourd'hui au sein des populations maghrébine qui en sont encore victime, les dirigeants maghrébins des époques des Indépendances, ont toujours eu un discours clair vis-à-vis de l'Afrique sub-saharienne.

Raison pour laquelle les diviseurs sionistes, africanistes ont tout fait depuis ces années pour inoculer dans la tête de Africains qu'il y aurait deux Afriques. Faisant croire aux Maghrébins qu'ils seraient des Blancs et par conséquent supérieurs aux Africains sub-sahariens; et poussant les Africains sub-sahariens à voir dans les Maghrébins les responsables de la traite orientale qui a saigné l'Afrique. Pendants ce temps les grands responsables (turcs, perses, romains) de cette traite orientale ne sont pas inquiétés.

Du temps des indépendances, nos dirigeants (Frantz Fanon, Kwamé Nkrumah, Gamal Abdal Nasser,Cheikh Anta Diop, Elijah Muhammad, etc...) avaient réussi éviter ce piège du diable, car ils avaient compris les véritables enjeux et connaissaient les dessous de carte de l'Histoire. Mais aujourd'hui des deux côtés du Sahara, au Nord comme au Sud, nous voyons des zéros se proclamer élites, intellectuels prêcher les pires idioties inventées par les africanistes perpétuant ainsi la haine entre Africains maghrébins et Africains sub-sahariens; plombant de fait la réalisation d'un Etat Continental comme le souhaitait Cheikh Anta Diop.

Quant au Machrek (monde arabe d'Orient), depuis que les dirigeants blancs du Califat Abasside ont éléminé les quelques éléments négro-arabes des instances dirigeantes, cette région n'a eu de cesse de se faire submerger par l'arrivée massive de populations blanches islamisées originaires du Caucase, des Provinces Orientales de l'Empire Romain (Byzance). 

Au point que de célèbres hadiths (récit se rapportant au prophète Al-Amin, Sceau des Prophètes) consignés par le savant égyptien Jalal aI-Din al-Suyuti nous informent sur la situation:

Il est rapporté que le Prophète Mohamed (psl) a dit: 

"Dans un rêve, je me suis vu moi-même suivre un troupeau de moutons noirs. Puis un groupe de moutons blancs est venu et s'est mélangé avec les moutons noirs jusqu'à ce qu'ils (les moutons blancs) soient devenus si nombreux que les moutons noirs ne pouvaient plus être distingués parmi le troupeau de moutons."

Abou Bakr, compagnon du Prophète (psl) et l'interprète des rêves, dit: 

"Ô Messager d'Allah. En ce qui concerne les mouton noirs, ce sont les Arabes. Ils vont accepter l'Islam, et vont devenir nombreux. Les moutons blancs sont les non-Arabes (ajam) [les Perses, Turcs, Romains]. Ils vont accepter l'islam et deviendront si nombreux que les Arabes ne seront pas remarqués parmi eux."

Le Prophète Mohamed (psl) dit alors qu'un ange lui avait donné la même interprétation du rêve.

Zaid ibn Aslam a rapporté que le Prophète (PBSL) eut une vision et dit à ses compagnons à ce sujet. Il a dit:

"J'ai vu un groupe de moutons noirs et un groupe de moutons blancs, qui s'est mélangé avec les mouton noirs." 
Ils dirent: "Quelle est l'interprétation de la vision Ô Messager d'Allah? "
Le Prophète (PBSL) a dit: "Les Perses non-arabes vont partager avec vous votre religion et votre généalogie". 
Les compagnons devinrent surpris par ce qu'il (SAWS) a dit. Ensuite puis l'un d'entre eux dit: "Les non-arabe Perses Ô Messager d'Allah!"
Le Prophète (PBSL) dit alors: "Si la foi étaient accrochés sur les Pléiades, les Perses non-arabe l'atteindraient."
 

 Un autre hadith qu'il est bon de rappeler pour comprendre la situation du Machrek: 

"Vos mains sont pleines de non-Arabes (Perses). Ensuite, ils deviendront comme des lions courageux qui ne fuient pas. Ensuite, ils vous égorgeront et prendront vos dépouilles."

N'oublions pas que l'armée des Abbassides qui ont chassé les négro-arabes du Califat Ommeyyade était composée quasi-exclusivement de Turcs, de Perses et de Romains islamisés. Les malheureux Négro-Arabes qui ont prêté main forte et apporté leur caution à cette révolution "ajamique" (non-arabe=Perse,Turque, Romaine) l'ont amèrement regretté quand très vite ils ont tous été physiquement supprimé un par un, pour ne laisser place qu'aux Ajam (non-Arabes: Perses, Turcs, Romains).

Néanmoins vous trouverez toujours des Mahra, des Qara, ou encore des Shahra au Yemen, dans l'Hadramaout ou à Oman.

Mais l'on se rappelera des propos du frère Guide libyen, le Colonel Muammar al-Gaddafi en Mars 2010 à Kano (Nigeria) quand il disait : 

"La plupart des habitants de la péninsule arabique sont des descendants d'Iraniens, seuls quelques uns sont arabes. La plupart sont Iraniens"

Comme on le voit la situation de la péninsule arabique est bien pire que celle du Maghreb.

En cela c'est en parfait accord avec ce qu'écrivait le Pr Cheikh Anta Diop quand il disait que depuis le VII° siècle le centre de gravité du monde arabe s'est déplacé vers l'Afrique.

~ Tahéruka Shabazz