lundi 22 septembre 2014

La recherche génomique éthiopienne appuie le récit biblique de la reine de Saba

Les chercheurs ont commencé à dévoiler le patrimoine génétique des populations éthiopiennes, qui sont parmi les plus diversifiées au monde, et qui se trouvent aux portes de l'Afrique. Ils ont constaté que les génomes de certaines populations éthiopiennes avaient des ressemblances frappantes avec celle des populations d'Israël et de la Syrie, un héritage génétique potentiel de la Reine de Saba et ses compagnons.

L'équipe a détecté un mélange entre des Éthiopiens et des populations non-africaines datant d'environ 3000 ans. L'origine et la date de ce mélange génomique, ainsi que des études linguistiques précédentes, est conforme à la légende de la Reine de Saba, qui, selon le livre éthiopien Kebra Nagast a eu un enfant avec le roi Salomon d'Israël et est mentionné dans la Bible et le Coran.

L'Ethiopie est située dans la corne de l'Afrique, et a souvent été considérée comme l'une des portes de l'Afrique vers le reste du monde. La région éthiopienne a elle-même l'archive fossile la plus longue de l'histoire de l'Humanité partout dans le monde. L'étude génétique des populations dans cette région pourrait nous aider à comprendre l'origine des premiers Hommes.
"À partir de leur situation géographique, il est logique de penser que la migration hors d'Afrique il y a 60000 années commença soit en Ethiopie ou en Egypte. Peu de choses étaient connues auparavant sur ​​les populations vivant dans la région d'Afrique du Nord-Est d'un point de vue génomique. Il s'agit de la première étude du génome sur un panel représentatif de populations éthiopiennes "
 , explique Luca Pagani, premier auteur de la Wellcome Trust Sanger Institute et de l'Université de Cambridge. 
«Nous voulions comparer le génome des Éthiopiens avec d'autres Africains pour fournir une pièce essentielle au puzzle génétique de l'Afrique (et du monde) ."
Ils ont constaté que le génome éthiopien n'était pas aussi ancien que l'on pensait et moins ancien que les génomes de certaines populations d'Afrique australe. Il y avait aussi des liens avec d'autres populations.
"Nous avons constaté que certains Éthiopiens ont 40 à 50% de leur génome proche des génomes des populations de l'extérieur de l'Afrique, tandis que l'autre moitié de leur génome est plus proche de la population sur le continent africain"
, explique le Dr Toomas Kivisild, co-auteur de l'Université de Cambridge

"Nous avons calculé les distances génétiques et constaté que ces régions non-africaines du génome sont les plus proches des populations en Egypte, en Israël et en Syrie, plutôt que des Arabes yéménites et voisins".

L'équipe a constaté que ces deux groupes de peuples africains et non africains se sont mélangés, il y a environ 3000 ans, bien avant les expansions islamiques historiquement documentés et la période coloniale des siècles passés.

Une étude antérieure a révélé que l'Ethio-sémitique, une langue éthiopienne appartenant à une famille linguistique principalement parlée dans le Moyen-Orient, s'est séparée du groupe sémitique principale il y a 3000 ans, à la même époque où la composante génomique non africaines est arrivés en Ethiopie. Toutes ces preuves combinées correspondent au temps et aux lieux de la légende de la Reine de Saba, qui décrit la rencontre de la reine éthiopienne et du roi Salomon.
"Aucunes de ces recherches n'aurait été possible sans l'exceptionnel travail de terrain de nos collègues éthiopiens, le professeur Endashaw Bekele et le Dr Ayele Tarekegn, depuis de nombreuses années. La diversité génétique exceptionnelle présente dans les peuples d'Ethiopie est une ressource riche qui contribuera grandement à la fois pour notre compréhension de l'évolution humaine et pour le développement de la médecine personnalisée. "
, Explique le Dr Neil Bradman, co-auteur principal de l'UCL (University College London). 
"Le gouvernement éthiopien a une pratique d'encourager la recherche génétique, une politique qui est de bon augure pour l'avenir".
 "Notre recherche donne un aperçu de l'évolution des questions importantes", explique le Dr Chris Tyler-Smith, co-auteur du Wellcome Trust Sanger Institute.

"Nous voyons des empreintes d'événements historiques au-dessus de ceux préhistoriques beaucoup plus anciens qui créent ensemble une région de riche en culture et en diversité génétique. 
La prochaine étape de notre recherche doit être de séquencer les génomes entiers, plutôt que de lire des lettres individuelles, des deux peuples éthiopiens et d'autres, pour vraiment comprendre les origines humaines et la migration hors d'Afrique ".

Source: All Africa