vendredi 25 avril 2014

10 courageuses guerrières noires à travers l'histoire.

1° La Reine-Mère Yaa Asantewaa:



Yaa Asantewaa fut la reine mère de la tribu Edweso des Ashanti dans ce qui est le Ghana moderne. Elle fut une combattante d'un courage exceptionnel qui, en Mars 1900, souleva et a mena une armée de milliers d'hommes contre les forces coloniales britanniques et leurs efforts pour asservir les Ashanti et s'emparer du tabouret d'or, symbole spirituel, d'unité et de souveraineté de la nation Ashanti .

Yaa Asantewaa mobilisa les troupes Ashanti et assiégea durant trois mois le fort britannique de Kumasi. Les colonisateurs britanniques durent mobiliser plusieurs milliers de soldats et de pièces d'artillerie pour briser le siège et exiler la reine Yaa Asantewaa et 15 de ses plus proches conseillers aux Seychelles. Elle vécut en exil jusqu'à sa mort en Octobre 1921. la guerre de Yaa Asantewaa, tel qu'elle est actuellement connu au Ghana, fut l'une des dernières grandes guerres sur le continent africain à être dirigé par une femme.



2° Ahosi ou Mino (Les Amazones du Dahomey):



Les Amazones du Dahomey ou Mino était un régiment militaire entièrement féminin du peuple Fon du royaume du Dahomey en actuelle République du Bénin. Elles existèrent du XVII° siècle à la fin du XIX° siècle. Alors que les récits européens se réfèrent aux femmes soldats comme «Amazones», en raison de leur similitude avec les Amazones semi-mythiques de l'ancienne Anatolie, elles se sont appelés Ahosi (les épouses du roi Les) ou Mino (nos mères) en langue Fon.

Les Ahosi furent très bien formées et avaient une attitude très agressive. Elles étaient de féroces combattantes et avaient la réputation de décapiter les soldats au milieu de la bataille, ainsi que ceux qui avaient le malheur de devenir leurs captifs.

Seh-Dong-Hong-Beh fut l'une des grandes chefs des Mino. En 1851, elle dirigea une armée de 6 000 femmes contre la forteresse Egba d'Abeokuta. Parce que les Mino étaient armés de lances, d'arcs et d'épées alors que les Egbas avaient des canons européens, seulement 1200 survécurent à cette bataille.

L’empiétement européen en Afrique de l'Ouest s'accéléra au cours de la seconde moitié du XIX° siècle. En 1890, le roi Béhanzin utilisa ses combattants Mino aux côtés de soldats masculin pour combattre les forces françaises pendant la Première Guerre franco-dahoméenne. L'armée française perdit plusieurs batailles contre eux en raison de l'habileté des femmes guerrières au combat.



3° La Reine Nanny des Marrons:



La Reine Nanny, héroïne nationale jamaïcaine, fut un leader bien connu des marrons jamaïcains au XVIII° siècle. Nanny fut enlevée au Ghana, en Afrique de l'Ouest, étant enfant, et fut réduite en esclavage en Jamaïque. En grandissant, elle fut influencée par les "Neg Mawons" et d'autres leaders africains réduits en esclavage. Les Marrons étaient des Noirs asservis qui fuirent l'oppression des plantations et formèrent leurs propres communautés à l'intérieur de la Jamaïque.

Nanny et ses frères s'enfuirent de la plantation et se cachèrent dans la région Blue Mountains. De là, ils menèrent plusieurs révoltes à travers la Jamaïque. La Reine Nanny fut un chef spirituel intelligent très respectée, qui joua un rôle dans l'organisation des plans pour libérer les africains réduits en esclavage.

Pendant plus de 30 ans, elle libéra plus de 800 esclaves et les aida à s'installer dans les communautés Marrons. Elle vaincu les britanniques dans de nombreuses batailles et malgré les attaques répétées des soldats britanniques, le village de Nanny, appelé Nanny Town, resta sous contrôle Marron pendant plusieurs années.



4° Harriet Tubman:




Harriet Tubman fut une abolitionniste afro-américaine, humanitaire, et un espion de l'Union pendant la Guerre civile américaine. Née esclave, Harriet Tubman s'est échappée à Philadelphie en 1849, puis retourna immédiatement au Maryland pour sauver sa famille.

Elle fit ensuite plus de 19 missions pour sauver plus de 300 esclaves à l'aide du réseau de militants anti-esclavagistes et de refuges connus comme le "Underground Railroad". Plus tard, elle aida à recruter des hommes pour le raid de John Brown sur Harpers Ferry les 16 et 18 Octobre 1859, pour libérer des esclaves.

En Juin 1863, Harriet Tubman devint la première femme à diriger une expédition armée durant la guerre civile. Elle guida le Raid de Combahee River, qui libéra plus de 700 esclaves en Caroline du Sud: la plus grande libération d'esclaves dans l'histoire américaine.



5°Assata Olugbala Shakur:



Assata Shakur est une militante afro-américaine qui fut membre du Black Panther Party et de la Black Liberation Army entre 1971 et 1973. Assata travailla à travers le BPP et la BLA à lutter contre l'oppression raciale, sociale, et économique, mais il devint la cible du programme contre-révolutionnaire COINTELPRO du gouvernement américain. Ce programme utilisait un large éventail de tactiques, y compris l'encadrement, le faux emprisonnement et l’assassinat de dirigeants, pour perturber le mouvement radical.

Entre 1973 et 1977, à New York et dans le New Jersey, Assata Shakur fut inculpé dix fois dans sept procès criminels distincts. Les accusations d'Assata Shakur allaient du vol de banque, tentative de meurtre de deux officiers de police et huit autres délits liés à la fusillade sur le New Jersey Turnpike. Parmi ces procès, trois donnèrent lieu à des acquittements; un à un désaccord du jury; un dans à un changement de juridiction; un donna lieu à un procès nul en raison de sa grossesse; et un à une condamnation. Trois actes d'accusation furent rejetés sans procès. Assata Shakur s'échappa de prison et a fui pour Cuba après sa condamnation pour la mort de l'agent de la sûreté du New Jersey, Werner Foerster.

Le 2 mai 2013, le FBI annonça qu'ils avaient augmenté la prime sur la tête d'Assata Shakur à 2 millions de dollars et la plaça sur sa liste des «terroristes les plus recherchés», faisant d'elle la première femme à être ainsi désignées et criminalisant efficacement la lutte de l'époque pour la liberté des noirs.

D'autres témoignages ont prouvé qu'aucun résidu d'arme ne fut retrouvée sur ses mains, ni qu'aucune de ses empreintes digitales ne fut trouvées sur les armes qui se trouvaient sur ​​les lieux. Néanmoins, Assata Shakur fut reconnu coupable par un jury entièrement blanc et condamné à la prison à vie.



6° Kandakes Amanirenas:



Amanirenas (également orthographié Amanirena) fut l'une des plus grandes kandakes ou reines-mères, qui régnèrent sur le royaume méroïtique de Kush. Elle régna entre 40 et 10 avant JC. Quand l'empereur romain Auguste imposa une taxe aux Koushites en 24, Amanirenas et son fils, Akinidad, conduisirent une armée de 30 000 hommes pour saccager le fort romain de la ville égyptienne d'Aswan. Ils détruisirent également les statues de César à Eléphantine.

Sous les ordres d'Auguste, le général romain Petronius riposta, mais rencontra une forte résistance de la part d'Amanirenas et ses troupes. Après plus de trois années de combats difficiles, les deux parties négocièrent un traité de paix. Les Romains acceptèrent de renvoyer leur armée en Egypte, de retirer leur fort, de rendre la terre aux Koushites et d'annuler la taxe.

La courageuse reine guerrière , Amanirenas est connu pour son combat à la loyal, côte à côte, avec ses propres soldats. Elle fut aveugle d'un œil après avoir été blessé par un Romain. Toutefois, l'ampleur de l'humiliation romaine n'a pas encore été divulguée puisque le compte Kushite de la guerre, écrit dans le script méroïtique, n'a pas été entièrement décodé.



7° Carlota Lukumí:



Carlota fut enlevée de sa tribu Yoruba, amené à Cuba enfant et contrainte à l'esclavage dans la ville de Matanzas, pour travailler à la récolte de la canne à sucre, dans les plus brutales des conditions.

Elle était lumineuse, musicale, déterminée et intelligente. En 1843, elle et une autre femme esclave nommée Fermina menèrent une rébellion organisée à la plantation de sucre Triumvarato. Fermina fut enfermé après que ses plans pour la rébellion furent découverts. Utilisant des tambours parlants pour communiquer secrètement, Carlota et ses compagnons d'armes libérèrent Fermina et des dizaines d'autres, et continuèrent à mener une insurrection armée bien organisée contre au moins cinq brutales plantations d'esclaves dans la région. Le courageux combat de Carlota dura un an avant qu'elle ne fut capturée, torturé et exécuté par les propriétaires terriens espagnols.



8° La reine Nzinga Mbande:



La Reine Nzinga Mbande fut une dirigeante très intelligente et puissante du XVII° siècle des Royaumes de Ndongo et de Matamba (Angola moderne). Vers la fin du XVII° siècle, Nzinga combattu courageusement et intelligemment pour la liberté de ses royaumes, les Portugais qui colonisèrent l'Afrique centrale pour contrôler le commerce des êtres humains en Afrique.

Pour augmenter la puissance militaire de son royaume, Nzinga offrit l'asile aux esclaves fugitifs et aux soldats africains formés par les portugais. Elle souleva la rébellion parmi le peuple encore à Ndongo, alors gouverné par les Portugais. Nzinga forma également une alliance avec les Hollandais contre les Portugais. Cependant, leurs forces combinées ne sont pas suffisantes pour chasser les Portugais. Après un nouveau repli stratégique à Matamba , Nzinga commença à se concentrer sur le développement du royaume comme puissance commerciale et passerelle vers l'intérieur de l'Afrique centrale. A la mort de Nzinga en 1661 à l'âge de 81 ans, Matamba était devenu un royaume puissant qui réussi à résister aux tentatives de colonisation portugaise pour une période prolongée. Son royaume ne fut intégré à l'Angola qu'à la fin du XIX° siècle. 



9° Les prêtresses Nyabingi Muhumusa et Kaigirwa:



Muhumusa et Kaigirwa étaient dirigeantes redoutées du groupe de prêtresses Nyabingi d'Afrique de l'Est, influentes au Rwanda et en Ouganda de 1850 à 1950. En 1911 Muhumusa proclama qu'elle "allait chasser les Européens" et que "les balles des Wazungu se transformeraient en eau contre elle. "

Elle organisa la résistance contre les colonialistes allemands et fut finalement emprisonnée par les Britanniques à Kampala, en Ouganda, de 1913 à sa mort en 1945. Elle devint la première d'une lignée de prêtresses rebelles luttant contre la domination coloniale au nom de Nyabingi, et même après avoir été emprisonnée, elle inspira un vaste engouement populaire. Les britanniques adoptèrent une loi sur la sorcellerie en 1912, en réponse directe à l'efficacité politique de ce mouvement de résistance fondé sur la spiritualité.

En Août 1917, la "Nyabinga" Kaigirwa suivit les traces de Muhumusa, et mena la révolte de Nyakishenyi, avec l'appui du peuple unanime. Les responsables britanniques mirent sa tête à prix, mais personne ne voulait le réclamer. Après que les britanniques attaquèrent le camp Congo de Kaigirwa en Janvier 1919, tuant la plupart des hommes, Kaigirwa et le corps principal de combattants réussirent à échapper à l'armée et à s'échapper.

Cependant, les Britanniques s'emparent du mouton blanc sacré et la brûlèrent avant une convocation des principaux chefs. Après cet acte, une série de catastrophes affligea le commissaire du district qui avait tué le mouton. Ses troupeaux furent anéantis, son toit céda et un mystérieux incendie éclata dans sa maison. Kaigirwa tenta un autre soulèvement, puis s'en alla dans les collines, où elle ne fut jamais capturée.



10° Tarenorerer:



Tarenorerer d'Emu Bay dans le nord de la Tasmanie est fut leader australien indigène du peuple Tommeginne. Dans son adolescence, elle fut enlevée par les Aborigènes de la région de Port Sorell et vendu aux chasseurs blancs sur les îles du détroit de Bass, où ils appelaient Walyer.

Elle est devint une anglophone compétente et prit connaissance du maniement et du fonctionnement des armes à feu. En 1828, Tarenorerer retourna dans son pays dans le nord de la Tasmanie, où elle réunit un groupe d'hommes et de femmes de nombreux groupes pour engager la guerre contre les envahisseurs européens. Formant ses guerriers à l'utilisation des armes à feu, elle leur ordonna de frapper les Tawin luta (hommes blancs) lorsqu’ils étaient les plus vulnérables, entre le moment où leurs armes étaient déchargées et avant qu'ils ne soient en mesure de recharger.

Elle leur demanda également de tuer les moutons et les bœufs des Européens. G.A Robinson, qui fut chargé de rassembler les Aborigènes, fut informé par les chasseurs que Tarenorerer qui se tenait sur ​​une colline pour organiser l'attaque, abusa les colons et les défia de venir à eux et être transpercés.


Traduction de Franswa MAKANDAL