vendredi 31 juillet 2015

Les Africains à Obama: "Nos frères et sœurs souffrent aux Etats-Unis"



Lors de la visite du président Obama en Afrique de l'Est, il s'est exprimé en faveur des droits des homosexuels et Obama a donné le même discours "d'amour vache" qu'il réserve habituellement aux Afro-Américains. Et bien que la plupart des Africains de l'Est furent excités de la visite d'Obama, beaucoup de jeunes n'ont pas pu  s'empêcher de remarquer l'hypocrisie dans les commentaires du président.

A Nairobi, M. Obama a comparé la lutte pour les droits des homosexuels au mouvement des droits civiques en Amérique. Le président américain a également parlé de la nécessité de la tolérance religieuse, et a encouragé les législateurs et les citoyens à mettre fin à la corruption. Pendant tout le temps où Obama parlait, quelques jeunes Africains n'ont pas pu s’empêcher de mettre en évidence la duplicité dans ses commentaires.

"Je dis toujours que ce qui rend l'Amérique exceptionnelle n'est pas le fait que nous soyons parfaits, c'est le fait que nous nous efforcions de nous améliorer. Nous sommes auto-critique. Nous œuvrons dans le respect de nos valeurs et de nos idéaux les plus élevés", a déclaré M. Obama.

Pour certains, cependant, la notion d'une Amérique ayant les idéaux "les plus élevés" et étant "auto-critique" est absurde si l'on prend en compte la réalité géopolitiques contraires.

"La plupart des Américains réfléchissent à ce qui doit changer dans d'autres pays, mais ils ont besoin de résoudre leurs propres problèmes", a déclaré Shiferaw Tilahun un éthiopien de 31 ans à Aleem Maqbool de la BBC.

"Ils sont intéressés par les problèmes des autres, mais ils ne se soucient pas des Noirs dans leur propre pays", a dit Shiferaw. "La plupart de nos frères et sœurs Noirs souffrent aux Etats-Unis".

Shiferaw ne fut pas la seule personne interrogée à penser que l'Amérique doit fs'occuper des problèmes auxquels sont confrontés les Afro-Américains avant de faire la leçons aux Africains à l'étranger.

Source : http://yourblackworld.net/
Traduction : Franswa Makandal