dimanche 26 juillet 2015

Description de la Rebellion de Demerara (1823)


La rébellion de Demerara de 1823 fut un soulèvement impliquant plus de 10.000 esclaves de l'ancienne colonie de la Couronne de Demerara-Essequibo (maintenant partie du Guyana).

Au cours des années 1820, les prix du sucre déclinait et les propriétaires de plantations britanniques commencèrent à faire travailler esclaves encore plus dur. A Demerara, ils travaillaient à partir de 6h30 du matin jusqu'à 21h00, avec très peu de pauses. En 1823, une des propositions envoyé par le secrétaire britannique aux colonies au gouverneur de de Demerara était que les conditions des esclaves devaient être améliorées (connu comme les «propositions d'amélioration»). la Cour de la politique à Demerara examina les propositions le 21 Juillet 1823, et reporta la prise de décision.

Croyant que leurs maîtres cachaient la nouvelle de l'émancipation des esclaves, une révolte éclata sous la direction d'une personne esclave appelé de Jack Gladstone. Son père, Quamina, était diacre à la chapelle locale. Il essaya de persuader les peuples asservis de ne pas recourir à la violence et d'être patient. Environ 9000 personnes esclaves furent impliqués dans la révolte. Ils étaient seulement armés de couteaux et de piques et, contrairement à d'autres révoltes, ils ne blessèrent pas les propriétaires de plantations britanniques ou leurs familles. Une bataille unilatérale eut lieu dans une plantation nommée Bachelor's Adventure. Beaucoup de gens esclaves moururent ou furent bléssés. Quamina réussi à s'échapper, mais trois semaines plus tard, il fut traqué et abattu. Son corps fut suspendu enchaîné en face de l'une des plantations de Demerara.

John Smith, un jeune pasteur protestant britannique qui dirigeait la chapelle assisté par Quamina, fut blâmé pour la révolte des esclaves. Il fut arrêté et condamné à mort. Smith fut ensuite gracié par le roi, mais au moment où le message parvint à Demerara, il était mort d'une pneumonie dans sa prison humide. Sa mort suscita beaucoup de colère en Grande-Bretagne. Smith fut salué dans les journaux et des centaines de pétitions furent envoyées au parlement ".

Source: http://abolition.e2bn.org/resistance_52.html


Read More; http://www.guyana.org/features/guyanastory/chapter43.html

Traduction : Franswa Makandal