jeudi 23 juillet 2015

Brésil: L'idéologie du «blanchiment» et la lutte pour une identité noire

Vanessa Jésus Souza, étudiante à l'université avec une spécialisation en tourisme

Dans un pays comme le Brésil, comme dans d'autres pays d'Amérique latine, l'idéologie de la suprématie blanche fut le système de valeurs dominant depuis l'arrivée des Européens d'Espagne et dans le cas du Brésil, du Portugal. Depuis l'époque de la colonisation, les gens ont appris qui étaient les «maîtres» et qui étaient les «esclaves». Aujourd'hui, au Brésil, à partir d'un très jeune âge, des millions de personnes de toutes les teintes de peau sont subtilement mais aussi délibérément endoctriné à croire que les personnes à la peau blanche, aux yeux clairs et aux cheveux lisses sont plus intelligents, plus beaux, plus désirables et plus puissants que les personnes plus foncée. Au Brésil, la dictature de la blancheur peut être observée partout, dans les stands de magasin, à la télévision, dans  le gouvernement fédéral, dans tous les endroits où il est rare de voir des personnes d'ascendance africaine et/ou indigène évidente. Beaucoup de femmes afro-brésiliennes vous diront que les la plupart des afro-brésiliens préfèrent les femmes blanches pour se marier; le processus de embranquecimento, ou de blanchiment, est commun dans toute l'Amérique latine. Beaucoup d'enfants noirs et modestes sont encouragés par leurs propres parents à  chercher un partenaire plus clair/blanc pour éclaircir la peau de leur progéniture, ou, "améliorer la race".

Comme preuve de cela, l'un des tableaux les plus célèbres de l'histoire du Brésil [Redenção de Cam (la Rédemption de Cham), NDLR] les représente le processus d'éclaircissement de la peau des générations successives par mélange avec des partenaires plus blancs jusqu'à ce que la "tache noire" soit complètement effacée à la troisième génération. La poursuite de cet idéal de blancheur affecte des millions de personnes à la peau plus claire, "racialement métisses", qui peuvent se définir comme blanches, même si les traits de leur visage ou la textures de leurs cheveux indiquent au moins un soupçon d'origine africaine ou de patrimoine autochtone. Au fil des années, j'ai connu de nombreux Brésiliens à la peau claire qui se définissaient comme blanc bien qu'ils ne seraient jamais acceptées comme telles aux États-Unis, en Europe ou même au sud du Brésil, où les personnes d'ascendance allemande et italienne constituent l'écrasante majorité de la région.

Redenção de Cam, Une famille brésilienne qui à chaque génération devient «plus blanche» (grand-mère noire, mère mulâtresse et bébé blanc)

En mai 2005, la célèbre superstar du football, Ronaldo Nazário, ou tout simplement Ronaldo (le phénomène) a fait les gros titres et devint un nouveau symbole de la difficulté que beaucoup de Brésiliens d'origine africaine à accepter une identité noire. Dans une interview, Ronaldo fut interrogé à propos du problème du racisme dans les stades de football européens, ce à quoi Ronaldo a répondu: "Je pense que tous les Noirs souffrent (du racisme). Moi, qui suis blanc, je souffre à cause de tant d'ignorance ".

Ronaldo la superstar de fooball

Les membres de la communauté noire du Brésil, des militants du Movimento Negro et même le propre père Ronaldo, un homme noir à la peau sombre, ont soupiré, rit ou dénoncé la déclaration de Ronaldo. En ce qui concerne la déclaration de son fils, le père de Ronaldo, Nélio Nazário, a déclaré: 

"Il sait très bien qu'il est noir ... En vérité, à l'époque, je pensais que c'était un certain type de philosophie, quelque chose dans ce sens ... parce qu'il sait qu'il est noir".
Ronaldo et son père Nélio Nazário

Kabengele Munanga, professeur d'anthropologie à l'Université de São Paulo et  spécialiste sur le sujet de la race avait ceci à dire:

"La déclaration de Ronaldo a à voir avec l'idéal de blanchiment des Brésiliens noirs. Ils intègrent le concept de la supériorité blanche. Pour cette raison, être de métis ne suffit pas. Celui qui monte socialement se blanchit. "
José Júnior d'AfroReggae

José Júnior, coordinateur du groupe culturel/musicale AfroReggae, fut irrité par les commentaires de Ronaldo. il déclaré:

"Ce fut un commentaire malheureux, un commentaire complètement faux. En tant que citoyen, il peut dire ce qu'il veut . Mais lui, comme un créateur d'opinion et une idole, il ne peut pas dire cela. Il n'est pas blanc, ni ici  au Brésil, ni en Europe ".

Au Brésil d'aujourd'hui, on ne peut jamais être certain de la façon dont une personne va lui-même se définir. Mais au cours des dernières décennies, en raison, au moins partiellement, du travail inlassable du Movimento Negro pour encourager plus de gens à s'identifier à leur ascendance africaine, plusieurs personnes n'hésitent plus, désormais, à se définir comme noirs ou au moins brunes. Étudiante en tourisme, Vanessa Jésus Souza (photo en haut de la page) est sans doute l'une de ces personnes. Avec sa peau et ses yeux clairs, il serait facile  pour Vanessa de se définir comme blanche. Mais quand on l'incite à discuter de la déclaration de Ronaldo et la manière dont il se définit, elle avait ceci à dire:

"La couleur de peau n’interfère pas avec votre race. J'ai la peau claire, mais mes grands-parents maternels et paternels sont noirs, alors je dis que je suis noir. Ma famille est venue du Nordeste *, mes yeux clairs sont peut-être un legs de mon héritage Néerlandais .
Il y a quatre ans, je me suis identifié comme noire, à cause de mes traits, de mes cheveux bouclés, mon nez n'est pas si mince, parce que je l'aime la culture noire, parce que je fréquente les lieux noirs où 99% des gens sont noirs. Dans le programme Netinho [Domingo da Gente] **, aux concours de la plus belle fille noire, je voyais les filles à la peau claire avec des cheveux bouclés. Donc j'ai dit à ma mère, "alors je suis noir, je peux me positionner comme noir." Elle m'a dit d'arrêter parce que je suis blanc. Beaucoup de gens jouent avec moi et m'appellent neguinha (petite fille noire) mais je m'assume vraiment en tant que noire. 
La personne qui vit dans une société à prédominance blanche finit par se sentir blanc et oublier ses origines. Je pense que Ronaldo se voit comme blanc parce que d'autres ne le voient pas comme noir.
Je me battrais pour les quotas (discrimination positive) non seulement pour moi, mais pour d'autres Noirs à la peau plus foncée que la mienne. La société ne me voit pas comme une noire. Je pense comme ceci: Je suis à l'université, je suis privilégié, je réussis à y arriver. Mais je ne doute pas que je me battrais pour donner des chances aux autres ".

* - La région nord-est du Brésil est principalement composée des personnes d'ascendance africaine et voilà comment la plupart des Brésiliens à travers le pays voient la région.

** - Netinho de Paula est devenu célèbre comme chanteur avec le groupe musical Négritude junior.

Entretien avec Vanessa Jésus Souza par Isabel Taranto et Joni Anderson

Source: Raça Brasil 


Traduction; Franswa Makandal