jeudi 2 juillet 2015

Les 10 meilleurs mensonges à propos de l'Histoire des Noirs (1ère partie) :


MENSONGE#1 : Les Blancs furent les premiers sur la terre :


Tant que la loi de Mendel sera effective, Les Blancs ne pourront prétendre être les premiers humains. Telle est la loi de la biologie qui affirme que la peau blanche est récessive et que la peau noire est dominante, ce qui signifie que deux blancs ne peuvent pas produire quoi que ce soit de plus sombre qu'eux-mêmes. C'est pourquoi tous ceux qui cherchent l'origine des êtres humains démarrent et finissent en Afrique. De récents tests génétiques fait par des chercheurs de l'Université de Chicago ont montré qu'une modification génétique majeure qui s'est produite il y a exactement 6600 ans (exactement quand Elijah Muhammad a enseigné de la naissance de la race blanche). Les scientifiques disent que "les gènes sélectionnés, qui affectent la couleur de peau, la texture des cheveux et la structure osseuse", ont été durement touchées à ce moment précis dans le temps. L'ADN de Néandertal est beaucoup plus souvent trouvé chez les Européens et les Asiatiques que chez les Africains. Si les Néandertaliens avaient précédé tous les êtres humains, leur ADN serait le plus répandu chez les Africains. Mais non seulement les Noirs furent chronologiquement les premier, mais ils furent aussi les premiers bâtisseurs de la civilisation. Les Égyptiens noirs de peau avaient atteint un haut degré de civilisation bien avant la progéniture de Néandertal (qui se demande encore comment et pourquoi les pyramides ont été construites) n'émerge de la vie troglodyte. Le peuple de nomades des Tamahu blanc de peau étaient un peuple étranger aux Égyptiens Noirs. Ils n'avaient aucune compétence apparente, sauf être des fauteurs de troubles. Les Égyptiens étaient loin de savoir où leur contact avec les Tahamu les mèneraient.

Sources: Wayne B. Chandler, “The Moor: Light of Europe’s Dark Age,” in The Golden Age of the Moor, ed. Ivan Van Sertima, p. 156; Ivan Van Sertima, African Presence in Early Europe, p. 149

MENSONGE#2 : Les Noirs durant l'esclavage étaient uniquement des cueilleurs de coton et des servantes :


Les Noirs furent tellement désirée par les Européens que ces derniers furent prêts à construire des milliers de navires durant des centaines d'années, de naviguer des milliers de kilomètres sur l'océan perfide, de commencer des guerres avec les les Noirs pour les capturer et les ramener à des milliers de kilomètres, de les asservir à jamais pour servir les blancs pour toujours. Les Noirs avaient construit des civilisations sur le continent africain que les blancs espéraient construire aux États-Unis. Une lecture attentive des annonces dans les journaux placés par des marchands d'esclaves américains et négriers montre que les Noirs étaient des artisans qualifiés et des artisans au plus haut niveau. Il est facile de trouver des annonces de Blancs vendant des ingénieurs, charpentiers, mécaniciens, maçons en briques, des infirmières, des forgerons, des couturières et des boulangers. Les Noirs dominaient tellement les métiers du bâtiment, après la soi-disant émancipation de 1863, que si un blanc avait fait ce genre de travail, il aurait une foule de badauds ébahis. Des esclaves noirs furent prêtés pour construire la "Maison du Président" et le Capitole; Des esclaves noirs construisirent les maisons qui ornent les plantations du Sud. Des esclaves noirs, ouvriers créèrent les infrastructures américaines, y compris ses bâtiments, ses routes, ses ponts, ses chemins de fer. Les Noirs construisirent l'Amérique, tout comme ils construisirent les pyramides en Egypte et donnèrent ensuite la civilisation au nouvel homme sur la terre, l'Européen.

Sources: Nation of Islam, The Secret Relationship Between Blacks and Jews, Volume 2 (2010); Nation of Islam, Jews Selling Blacks (2010); Abby Gunn Baker, “The Erection of the White House,” Records of the Columbia Historical Society, vol. 16 (1913); William Seale, The President’s House(1986).

MENSONGE#3 : Lincoln libéra les esclaves :


Steven Spielberg peut le croire, mais ce n'est tout simplement pas vrai. Une lecture attentive de la Proclamation d'émancipation de Lincoln 1863 prouve qu'il ne libéra pas un seul esclave! Dans ce document étonnamment court seuls les esclaves des "États rebelles" reçurent l'ordre d'être libérés; les Etats qui furent fidèles à l'Amérique durent garder leurs Africains comme esclaves! Merci, Lincoln. La "Proclamation d'émancipation" énumère toute une série de lieux à "laissés exactement comme si cette proclamation n'avait pas été publiée." À ce moment de l'histoire, Lincoln n'avait en fait aucune autorité sur les États où il avait «libéré» les esclaves. Ils faisaient partie d'un autre pays (les États confédérés d'Amérique) avec un président tout à fait différent, Robert E. Lee. Lincoln lui-même n'hésita jamais à exprimer sa haine des Noirs, comme lorsqu'il dit :

" Le nègre est pour l'homme blanc ce que le crocodile est pour le nègre, de la même manière que le nègre peut traiter légitimement le crocodile de bête ou de reptile, l'homme blanc traite le nègre tel une bête ou un reptile."

Ce sont les historiens blancs et les faiseurs de mythes d'Hollywood qui en ont désespérément besoin de trouver un Jésus américain mourant pour les péchés raciaux de l'Amérique. Ce sont eux qui ont fait de Lincoln ce qu'il n'a jamais été ni voulu être, un martyr pour le compte du peuple noir.

Sources: Lerone Bennett, Jr., Forced into Glory (2007); NOI Research Group, “Lincoln, Lies, and Black Folk,” Pts. 1 and 2, The Final Call, Nov 27 & Dec. 6, 2012.

MENSONGE#4 : Les Noirs se mangeaient mutuellement en Afrique :


Dans The General History of Virginia, le capitaine John Smith écrivit que quand la famine frappa sa nouvelle colonie de Virginie en 1623 les colons anglais déterrèrent "un sauvage que nous avions tué et enterré ... et le mangeâmes." Un autre, écrivit le capitaine Smith, fut "bouillie et cuits avec des herbes." et un autre blanc de Virginie "tua sa femme, la réduisit en poudre et en mangea une partie."Et "beaucoup se nourrirent de cadavres." Ces Européens, les pionniers de l'Amérique se nourrissaient d'Indiens et mutuellement! le thèmes du cannibalisme est présent dans les contes de fées européens comme Hansel et Gretel, Jack et le haricot magique, et Blanche-Neige. Les accusations de cannibalisme furent souvent utilisé par les Blancs comme justifications pour l'asservissement ou la destruction des «sauvages» dont ils voulaient voler la terre ou le travail. Les preuves de cannibalisme se retrouve dans bien des endroits de la terre, mais l'endroit où il est le plus rare reste l'Afrique.

Sources: Alden T. Vaughan, American Genesis: Captain John Smith and the Founding of Virginia(1975); Gary B. Nash, “Image of the Indian in the Southern Colonial Mind,” William and Mary Quarterly29, no. 2 (Apr. 1972); Edmund Sears Morgan, American Slavery, American Freedom: The Ordeal of Colonial Virginia (1975); Alden T. Vaughan, “Expulsion of the Salvages [sic],” William and Mary Quarterly 35, no. 1 (Jan. 1978).

MENSONGES#5 : Les Noirs furent maudits par Dieu :


La malédiction dite de Cham (ou mythe chamitique) est dérivé de l'histoire biblique de Noé (Genèse 9:21-27), et a formé le noyau du système de croyances raciales parmi les Juifs au cours des siècles avant l'époque de Jésus. Même si les personnages de la Genèse ne portent pas d'identité raciale, les rabbins talmudiques constituèrent une nouvelle version de l'épisode de Noé, où Dieu maudit la descendance de Cham, fils de Noé à la peau noire. Ces Juifs disposent en outre que Cham (le maudit) est le père de la race noire! La raison pour laquelle les Juifs créèrent ce mythe extrêmement raciste fut d'ordre économique. Les commerçants juifs du Moyen Age dominèrent les débuts du commerce des esclaves, et ne firent pas d'abord pas de distinctions entre leurs victimes sur des bases raciales. Au fil du temps, la compétence, l'intelligence et la force des Africains furent considérés comme plus négociables que les capacités de tous les autres, et une prime fut mise sur leur vente. Nous le voyons aujourd'hui dans le sport. Lorsqu'ils cherchent leurs nouvelles vedettes, de Basketball universitaire, de football, de Base-ball les recruteurs parcourent les quartiers noirs, et non les banlieues blanches. Les anciens rabbins, appréciant les avantages financiers de la traite négrière, déformèrent l'histoire originale de Noé pour justifier la nouvelle orientation raciales de la "malédiction" africaine sanctifiant ainsi le commerce afro-centré des esclaves. 

Répandu partout comme prophétie divine par les marchands d'esclaves juifs et leurs bénéficiaires dans le clergé, l'esclavage fut finalement universellement considéré comme le sort des Noirs africains. À travers le millénaire la malédiction dite de Cham fut facilement adoptée par toutes les grandes religions et fut utilisée à profusion lorsque les circonstances exigeaient l'affirmation agressive de la suprématie blanche.

Source: The Secret Relationship Between Blacks and Jews: How Jews Gained Control of the Black American Economy, Volume 2 (2010).


Traduit par Franswa Makandal