mercredi 13 août 2014

National Geographic corrobore les enseignements à propos de Yakub



La prestigieuse «National Geographic Society» a indiqué que les scientifiques étudiant l'ADN ont confirmé que «les Européens en tant que peuple sont plus jeunes que nous le pensions». Utilisant des mesures objectives de la génétique ils indiquent la même date de naissance de l'Europe que Très honorable Elijah Muhammad. Le professeur Alan Cooper, directeur du Centre australien pour l'ADN ancien de l'Université d'Adélaïde, analysa l'ADN de squelettes anciens et constata que la composition génétique de l'Europe moderne fut établie il y a seulement 6500 années.

C'est M. Muhammad qui, face à de beaucoup de raillerie et de dérision, enseigna que l'homme blanc est apparu il y a 6000 ans sur l'île de Patmos (ou Pelan), dans la mer Egée, où ils avaient été «crée» par un processus de reproduction sélective de 600 ans «greffage». Sous le commandement d'un scientifique noir nommé Yakub, les 59 999 noirs qui vinrent avec Yakub sur l'île furent placés sous un système d'accouplement qui basée sur la couleur de peau, dans lequel seules les bébés aux teints plus clair furent autorisés à survivre. Apres de nombreuses générations, la population de Patmos commença à devenir de plus en plus claire jusqu'à ce qu’après 600 années, les gens devinrent très pâles avec les yeux bleus et les cheveux blonds. De cette tribu insulaire d’albinos à la peau blanche vint une race de dirigeants au comportement agressif, à savoir les Caucasiens, qui s'est ensuite propagée dans tous les coins du monde représentant désormais 9% de la population mondiale (1 tous les 11 êtres humains).

Cet enseignement de la naissance de la race blanche fut au cœur du système de croyance de la nation de l'Islam et il fut accueilli avec hostilité et résistance profonde par ses détracteurs, qui l’appelèrent le plus souvent, «l'enseignement de la haine». Le Très Honorable Elijah Muhammad faisait référence Caucasien comme étant «l'homme nouveau» qui «est venu de nous, mais qui est différent de nous». Mais cet enseignement sur «l’homme nouveau» est en contradiction avec l'hypothèse selon laquelle les humains modernes apparurent en Europe il y a 40,000 à 50,000 ans. Il créa un schisme théologique qui aboutit à une impasse dans la compréhension interreligieuse. Mais c'est une impasse théologique dans laquelle les scientifiques laïques sont désormais entrés pour surmonter la controverse.

La mise en lumière, par le professeur Cooper, de cette date de naissance particulière de 6.500 ans a suscité des questions plus profondes sur le processus génétique menant à cette date. M. Cooper a dit que: «La génétique montrent que quelque chose autour de cette date provoqua la disparition des signatures génétiques des populations antérieures. Cependant, nous ne savons pas ce qui s'est passé et pourquoi». Mais il y a plus de 80 ans Elijah Muhammad mis à la fois en évidence la date et détailla le processus par lequel cela s'est produit. Cette dernière étude menée par le professeur Cooper affine et renforce d'autres études récentes. Le Dr Keith Cheng, un généticien de l’University College of Medicine de l'État mena une étude montrant l'évolution d'un gène de la couleur de peau et suggéra que les Européens «s’éclaircirent tout récemment, peut-être il y a seulement 6.000 à 12.000 ans».

Le Dr. Hans Eiberg de l'Université de Copenhague confirma que tous les êtres humains aux yeux bleus eurent une «mutation génétique» qui a eu lieu selon lui il y a 6 à 10 mille ans. Son équipe découvrit un gène spécifique, appelé le gène OCA2, qui en cas de modification aboutirait à des êtres humains sans mélanine dans les cheveux, les yeux, ou la peau, un état connu sous le nom d'albinisme. Ainsi, ce gène OCA2 semble avoir été ciblée et manipulé par une force ou un événement, il y a environ 6000 ans.

Des chercheurs de l'Université de Chicago trouvèrent «où les gènes semblent avoir été remodelé par la sélection naturelle ... dans les 5.000 à 15.000 dernières années». Le Dr Jonathan Pritchard estime que les gènes des populations asiatiques et européennes furent modifiés il y a 6600 ans ; la date exacte à laquelle l'hon. Elijah Muhammad enseigna que M. Yakub commença son processus de greffage sur Patmos! Les scientifiques disent que «les gènes sélectionnés, qui affectent la couleur de peau, la texture des cheveux et la structure osseuse, peuvent sous-tendre les différences actuelles dans l'apparence raciale». Mais qui les a «sélectionnés» et pourquoi reste de la spéculation.

Ces scientifiques (Cooper, Eiberg, Cheng, et Pritchard) ont scientifiquement mis le doigt sur une date dans le temps qui correspond théologiquement à l'enseignement de la Nation de l'Islam. Mais les scientifiques sont encore incapables d'expliquer la raison de cette convulsion génétique spectaculaire dans la famille humaine. Le Professeur Cooper déclara que: «Cette population se déménage aux alentours 4000 à 5000 [avant JC], mais sa provenance reste un mystère, puisque nous ne voyons rien de semblable dans les zones environnantes de l’Europe».

L'honorable Min. Louis Farrakhan parla de l'enseignement controversé du Messager:

Yakub était un scientifique qui vit dans le patrimoine génétique de l'homme noir qu'il pouvait sortir de nous un peuple nouveau, à l'opposé de l'original. C'est pas mal. C'est une grande science. 

Et c'est cette grande science du greffage raciale qui fut répété plusieurs fois depuis la première expérience de Yakub à Patmos. La longue histoire de la colonisation européenne fut examiné dans l'article 2012 Final Call «Echoes of Mr. Yakub after Patmos» qui montre comment les blancs utilisèrent, de façon répétée, les îles comme laboratoires pour modifier les caractéristiques raciales des peuples d'Afrique, des Caraïbes, et d’Amérique du Sud , la création de «sous-races» de mulâtres qui furent utilisés pour régner sur les esclaves africains et indiens. En d'autres termes, les Blancs ne se moquèrent jamais de la haute science de Yakub.

En fait, il existe de nombreux échos de l'œuvre de Yakub qui furent relatés par d'autres histoires, religions et folklores, y compris le judaïsme. Les anciens rabbins utilisent le récit biblique des troupeaux de moutons et de chèvres greffés de Jacob pour attester des enseignements de M. Muhammad. Dans Genèse 30:35 il est dit que Jacob (traduction française du nom Yakub) était capable de produire du bétail anormalement coloré grâce à l'utilisation d'une technique de reproduction habile. Il fallut six ans à Jacob succès pour changer, de manière significative la couleur du troupeau. Le livre des traditions juives appelé le Midrash Rabba utilise effectivement cette histoire de la Bible pour expliquer la naissance des enfants blancs de parents noirs, qu'ils considèrent comme un événement tout à fait positif (tout comme Yakub). De manière significative, ces rabbins Caucasiens (se présentant toujours dans leurs écrits comme supérieurs aux Noirs) utilisent ce passage apocryphe pour expliquer, sans le vouloir, leur origine raciale en termes deprocessus de sélection.

Et avec l'aide du puissant petit livre de Lawrence Guthrie «The Making of the Whiteman», nous sommes amenés à d'autres témoignages plus récents. Le théologien baptiste Bernard L. Ramm a expliqua:

Par reproduction scientifique, nous pouvons mélanger ces gènes et leurs caractéristiques et reproduire les traits ou les élever .... Les lois de l'hérédité, ainsi que les principes de séparation ou de sélection fonctionnant sur une période de temps, vont produire les différentes races du monde. 

Les chefs religieux ne sont pas les seuls à faire allusion à un homme récemment créé. Les scientifiques également attaquèrent à ce qu'ils considéraient comme l'aspect insolite de cette étrange anomalie humaine, l'homme blanc. L'anatomiste néerlandais Lodewijk "Louis" Bolk écrivit dans «Origin of Racial Characteristics in Man», «la peau blanche ... commença à partir d'un ancêtre avec une peau noire, la chevelure et l'iris coloré des descendants furent supprimées petit à petit».

Le naturaliste anglais Charles Darwin notable conclut que sans une certaine forme de reproduction sélective, les différences de couleur de peau tout simplement «ne peuvent pas être pris en compte de manière satisfaisante» :

Nous avons jusqu'à présent été déconcerté dans toutes nos tentatives pour expliquer les différences entre les races de l'homme, mais il reste un organisme important, à savoir, la sélection sexuelle, qui semble avoir agi avec autant de force sur l'homme comme sur beaucoup d'autres animaux. 

Le médecin anglais James Cowles Prichard conclut de même que les différences physiques entre les races humaines ne pouvaient résuler que d'une méthode comparable au «le processus de sélection artificielle pratiquée par les sélectionneurs de plantes et d'animaux». Il semble, dit-il «probable que les plus belle races de Blancs d'Europe, sont les descendants de nègres ...».

Le biologiste américain Edwin Grant Conklin écrivit dans «The Evolution of Man» :

Il est évident que les races distinctes n'ont pu être établie et perpétuée que par l'aide de l'isolement, principalement géographique.

Les anciens Egyptiens s’inquiétaient au sujet d'une tribu de gens aux yeux bleus immigrante parmi eux qui semblaient avoir un penchant pour semer le trouble. Ils avaient les cheveux roux ou blonds et les yeux bleus et vivaient à la lisière du désert. Les Egyptiens les appelaient Tamahu (ceux qui furent créé) une allusion claire à leurs origines inhabituelles.

Ce sont des témoignages extraordinaires de la vérité enseignée par le Très Honorable Elijah Muhammad, pourtant aucun de ces témoignages scientifiques ne furent jamais étiquetés «de haineux». Ce sont les derniers à se tenir debout pour les vérités révélées par le Sauveur et son serviteur le plus puissant, l'Honorable Ministre Louis Farrakhan.


Source : http://noirg.org/
Traduction  : Franswa Makandal