lundi 29 juin 2015

"Ogu Ndem" la guerre des femmes Igbo contre l'Administration coloniale britannique

Aujourd'hui, souvenons-nous  de l'émeute des femmes d'Aba, également connu comme la guerre de femmes, une insurrection au Nigeria Britannique qui a eu lieu en Novembre 1929.


Des milliers de femmes Igbo ont organisé une révolte massive contre les politiques imposées par les administrateurs coloniaux britanniques dans le sud du Nigeria, déclenchant la plus grave défiance à la domination britannique dans l'histoire de la colonie. Le gouvernement colonial a pris des mois pour réprimer «la guerre des femmes» et c'est devenu un exemple historique de protestation anti-coloniale féminine.

Les racines des émeutes ont évolué à partir du 1er Janvier 1914, lorsque le premier gouverneur de la colonie nigériane, Lord Lugard, a institué le système de domination indirecte dans le sud du Nigeria. Selon ce plan les administrateurs britanniques pouvaient diriger localement via des «chefs adjudants», essentiellement des Igbo nommés par le gouverneur. Traditionnellement le chefs Igbo avaient été élus.

En quelques années, les chefs nommés sont devenus de plus en plus tyranniques. Ils ont saisi des biens, imposées des réglementations locales draconiennes, et ont commencé à emprisonner tous ceux qui les avaient ouvertement critiqué. Bien la majeure partie de la colère était dirigée contre les chefs mandatés, la plupart des Nigérians connaissaient la source de leur pouvoir, les administrateurs coloniaux britanniques. L'administration coloniale ajoutés au sens local du grief quand ils ont annoncé des plans pour imposer des taxes spéciales aux femmes Igbo des marchés.

Le 18 Novembre 1929 des milliers de femmes Igbo se sont rassemblés dans les centres centres indigènes d'administration de Calabar et de Owerri ainsi que dans les petites villes pour protester contre les deux chefs mandatés et les taxes contre les femmes du marché. Utilisant la pratique traditionnelle de censure des hommes à travers toutes les chansons et des danses ridicules effectuées toute la nuit (souvent appelé "assis sur un homme"), les femmes chantaient et dansaient, et dans certains endroits ont forcés les chefs mandatés à démissionner de leurs postes. Les femmes ont également attaqué des magasins appartenant aux européens et la Barclays Bank,  elles ont aussi fait irruption dans les prisons libérant les prisonniers. Elles ont également attaqué les tribunaux indigènes gérés par les fonctionnaires coloniaux, brûler beaucoup d'entre eux. La police et les troupes coloniales furent appelés. Ils ont tiré dans la foule réunis à Calabar et Owerri, tuant plus de 50 femmes et blessant plus de 50 autres. Pendant les deux mois de "guerre" au moins 25.000 femmes Igbo participèrent à des manifestations contre les fonctionnaires britanniques.

La guerre des femmes Aba a incité les autorités coloniales à abandonner leurs plans visant à imposer une taxe aux femmes du marché, et à limiter le pouvoir des chefs mandatés. Le soulèvement des femmes Igbo est considérée comme la première défiance majeure pour l'autorité britannique au Nigeria et en Afrique de l'Ouest durant la période coloniale.



Source : : http://www.blackpast.org/


Traduction : Franswa Makandal