jeudi 1 octobre 2015

La répression des révoltes nègres par les Juifs du Surinam (1690-1722)



Au Surinam, les Juifs étaient de gros acheteurs sur les marchés d'esclaves africains, et en 1755, même la synagogue a acheté 14 esclaves aux marchand d'esclaves juif, A. Perera. La synagogue a acheté une plantation appelée "Nahamu" (Votre comfort) avec ses 112 esclaves.

Des milliers d'esclaves africains travaillaient pour les maîtres de plantations juifs dans les plus cruelles et inhumaines conditions.

Lorsque les Africains s'organisaient pour obtenir leur liberté donnée par Dieu, les Juifs étaient des leaders dans la répression de ces révoltes. De 1690 à 1722, écrit l'historien Cecil Roth, les révoltes "furent largement dirigés contre eux, car ils étaient les plus grands propriétaires d'esclaves  de la région".

Le chef du B'nai B'rith Simon Wolf était fier des milices juives qui ont combattu pour renvoyer les Noirs à l'esclavage. Dans son ivre de 1895, Le Juif américain Patriot, Soldat, et le citoyen, il a écrit de ce rôle juive longtemps étouffée. 

Source : http://noirg.org/

Traduction Franswa Makandal