dimanche 18 octobre 2015

Le séparatisme noir



Le séparatisme noir est un mouvement visant à créer des institutions distinctes pour les personnes d'ascendance africaine dans les sociétés historiquement dominés par les Blancs, en particulier aux États-Unis. Le séparatisme noir est une sous-catégorie du nationalisme noir, issu de l'idée de la solidarité raciale. Il implique que les Noirs doivent s'organiser sur la base de leur expérience commune de l'oppression en raison de leur Négritude, de leur culture et de leur patrimoine africain. Le séparatisme noir dans sa forme la plus pure (comme sous-catégorie du nationalisme noir) affirme que les noirs et les Blancs devraient idéalement former deux nations distinctes. Les séparatistes noirs sont à la recherche d'une patrie séparée. Les séparatistes noirs pensent généralement que les Noirs ne peuvent pas avancer dans une société dominée par une majorité blanche.



Le Nationalisme noir Vs le séparatisme noir 




Il est important de comprendre que tous les séparatistes noirs sont des nationalistes, mais que tous les nationalistes noirs ne sont pas des séparatistes noirs. Pour comprendre cette distinction, il faut comprendre que les séparatistes noirs croient que les noirs doivent être physiquement séparés des autres races, principalement des Blancs. En d'autres termes les séparatistes noirs veulent une nation distincte pour les noirs. C'est différent chez les nationalistes noirs qui peuvent ou non croire en une séparation physique des noirs. Le mouvement du panafricanisme est un exemple précis de ce que serait un mouvement séparatiste.


Les concepts


Dans son analyse du nationalisme noir à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, l'historien Wilson Jeremiah Moses observe que :

" Le séparatisme noir, ou auto-confinement, qui, dans sa forme extrême préconise la séparation physique et perpétuelle des races, appel généralement à un simple séparatisme institutionnelle, ou par le désir de voir des noirs s'efforcer de manière indépendante à se maintenir dans un environnement hostile éprouvée".

Les érudits Talmadge Anderson et James Stewart font en outre une distinction entre la "version classique du séparatisme noir préconisée par Booker T. Washington" et "l'idéologie séparatiste moderne". Ils observent que "les conseils accommodationniste de Washington" à la fin du XIXe siècle "furent pour les Noirs de ne pas agiter l'égalité sociale, intellectuelle et professionnelle avec les Blancs." En revanche, ils observent, que les "séparatistes contemporains exhortent les Noirs à non seulement être égaux aux Blancs, mais à les dépasser en hommage et pour racheter leur héritage africain." Anderson et Stewart ajoutent, par ailleurs, qu'en général le "séparatisme noir moderne est difficile à définir en raison de sa similitude avec le nationalisme noir ". 



En effet, les objectifs spécifiques du séparatisme noir étaient historiquement en mutation et variés de groupe en groupe. Martin Delany au 19ème siècle et Marcus Garvey dans les années 1920 appelaient ouvertement les Afro-Américains à retourner en Afrique, en déménageant au Libéria. Benjamin "Pap" Singleton chercha à former des colonies séparatistes dans l'Ouest américain. La Nation de l'Islam exigea plusieurs Etats indépendants noirs sur le sol américain. D'autres de point de vue séparatistes  traditionnels soutenaient que les Noirs seraient mieux servis par des écoles et des entreprises exclusivement  noires et par des politiciens et une police locale noirs.


Source : 


Moses, Wilson Jeremiah (1988), The Golden Age of Black Nationalism, 1850-1925, Oxford: Oxford University Press, ISBN 978-0-19-520639-5.

Anderson, Talmadge; Stewart, James B. (2007), Introduction to African American studies: Transdisciplinary Approaches and Implications, Baltimore: Inprint, ISBN 978-1-58073-039-6.

Little, Malcolm (1964), The Ballot or the Bullet, April 4, 1964.

Hall, Raymond L. (1978), Black Separatism in the United States, University Press of New England.


Traduction : Franswa Makandal