mercredi 7 janvier 2015

Islam, "Black Power" et la fin de la suprématie blanche



L'apogée du "Black Power" impérial dans le monde antique fut probablement Kemet, qui était très impériale. Cependant, Kemet réussit seulement à s'étendre à l'est dans le Levant et au sud jusqu'à la quatrième ou cinquième cataracte.



D'autre part, il y eut l'empire islamique à son apogée (en étendue).


Robert Goldston, Sword of the Prophet (1979): 72:

"Le domaine de l'Islam s'étendait des Pyrenes à l'Himalaya, de l'Atlantique à l'océan Indien, de l'Asie centrale à l'Afrique centrale. Non seulement les Arabes conquirent cette vaste zone, mais ils restèrent pour gouverner... Dans toute l'Histoire connue leur accomplissement reste unique ".

David Levering Lewis, God’s Crucible: Islam and the Making of Europe, 570-1215 (2008): 3:
"Les Arabes accomplirent la plus grande révolution en terme de pouvoir, de religion, de culture et de richesse de l'Histoire".

Les "Arabes" qui réalisèrent cet exploit "unique" étaient des Arabes à la peau noire , descendants des Africains qui s'installèrent en Arabie plusieurs millénaires avant. Ceci est documenté en arabe, en latin, en chinois et par des sources persanes. L'empire islamique fut l'oeuvre des califes Noirs Rashidun de Médine (Abou Bak, Umar, Uthman), des califes omeyyades noirs à Damas et des Al-Andulus. Dana Marniche, dans son grand article "Fear of Blackness: Descriptions and Ethnogenesis of the original Afro-Arabian tribes of ‘Moorish’ Spain", affirme:

"Bien que les Arabes ne furent pas les premiers à être appelés Maures, ce fut la couleur des peuples qui quittèrent la péninsule Arabique qui explique principalement l'utilisation du terme "Maures" pour les peuples noirs et crépus par l'Espagne, la France, l'Italie et d'autres parties d'Europe à l'époque islamique. Lorsque la Chanson de Roland, où il est question du temps des batailles maures en France "gauloise", parle "des hordes et des hordes noir qui sont plus noirs que l'encre est noire - pas l'ombre de blanc sur eux, sauf leurs dents ..." ce n'est pas une simple exagération. Quiconque est familier avec les écrits des historiens arabes syriens, irakiens et iraniens, jusqu'à au 14ème , siècle sait que c'est aussi leur description des clans des premiers «purs» arabes de la péninsule arabique ".

Authentique Bédouins de la péninsule arabique 






Sire Roland et les Sarrasins, à la bataille de Roncevaux. Miniature des Grandes Chroniques de France de Charles V , (environ 1370) 

Jamais depuis l'avènement de la suprématie blanche et le sommeil de peuple de Dieu il n'y eut un tel étalage de «Black Power». Afin d'atteindre cet empire mondial du "Black Power", ces Arabes musulmans à la peau noire durent démolir la structure du pouvoir blanc existant qui se composait des empires Byzantin et Sassanide .

Empire byzantin (330 - 1453)


Empire sassanide à son apogée (224-651) 

Les Byzantins et les Sassanides régnèrent sur une grande partie du monde connu, y compris en Afrique, pendant des siècles avant la naissance de l'Empire islamique. Les musulmans noirs démolirent la partie sud de l'Empire byzantin, libérant l'Afrique, et décimèrent totalement l'Empire sassanide. Cheikh Anta Diop, Antériorité des civilisations nègres - Mythe ou vérité historique ? (1967): 119 remarque :

"Sauf pendant la percée islamique, l'Europe a régné sur l'Afrique jusqu'à nos jours."


Cette "percée" islamique qui libéra temporairement l'Afrique de la domination de l'Europe fut une "percée islamique Noire".

Part ailleurs dans les annales de l'histoire des 6000 dernières années peut-on documenter faire preuve d'un "Black Power" comparable ? La venue du Maître Fard Muhammad initia le processus qui finira par éclipser cela, mais ce processus ne s'est pas lui-même encore pleinement déroulé. Nous avons, je crois, encore un long chemin à parcourir.

Les gardiens de la suprématie blanche depuis l'avènement de l'Empire islamique continuent à reconnaître l'islam noir comme leur principale menace. Après avoir renversé les Byzantins en Afrique du Nord les musulmans (Noirs arabes et africains) se dirigèrent vers l'Europe et, après avoir vaincu l'armée wisigoth et tué le dernier roi wisigoth, Roderick, en 711 ils ajoutèrent la péninsule ibérique à l'empire islamique. Durant 800 ans Noirs (et mulâtres) musulmans appelés Maures contrôlaient le sud-ouest de l'Europe. Par conséquent, dans la psyché de l'Europe blanche chrétienne le musulman noir incarnait le mal lui-même. Comme James Brunson et Runoko Rashidi le remarque dans leur article, Moors in Antiquity :

"Du fait de son teint foncé et sa foi islamique, le Maure est devenu en Europe un symbole de ruse, du mal et de la haine".

La sortie matériel d'Europe à cette période ne laisse aucune place au doute que le musulman noir fut perçu comme la plus grande menace pour la chrétienté blanche .Ce fait est sans doute illustré par le blason du 11ème siècle commémorant la victoire de Pierre III d'Aragon sur les Maures en 1096. Durant la bataille quatre princes maures tombèrent. Sur les armoiries leurs têtes noires entourent une croix chrétienne. Cela fut mis à jour sur une pièce d'or après 1700 par le roi Charles de Habsbourg. Ces chefs musulmans noirs sur ce blason européen chrétien symbolisaient sans aucun doute la victoire sur la principale menace perçue.

pièce d'or du roi Habsbourg commémorant la victoire d'Aragon 

Theodore Lothrop Stoddard (d. 1950) était un politologue américain influent et la suprématiste blanc. C'était aussi un historien diplômé en Histoire de l'Université de Harvard. En tant qu'historien, c'était un étudiant passionné d'histoire islamique en particulier comme son livre, The New World of Islam, le montre clairement. Stoddard était préoccupé par la chute de la suprématie blanche et par l'élévation du monde de "couleur". Il documenta cette tendance et ses craintes dans son oeuvre, The Rising Tide of Color Against White World-Supremacy. Il y fait une confession importante:

"La progression constante de l'islam en Afrique noire ne fait pas l'ombre d'un doute. Chaque observateur européen franc raconte la même histoire. "Le Mahométisme", dit Sir Charles peut encore donner aux indigènes un motif d'animosité contre les Européens ..." Il y a 20 ans un autre observateur anglais, TR Threlfall, écrivit : "... la propagation rapide du mahométisme militant parmi les tribus au nord de l'équateur est un facteur important dans la lutte pour la suprématie raciale en Afrique ...". l'Islam est encore inconnu au sud de du Zambèze, mais les blancs redoutent universellement la possibilité de son apparition ..." 



L'Islam noir continue d'être la menace principale contre la Suprématie blanche.




Une caricature datant de 1964 dans une édition du magazine Esquire représente l'ancien président de la France, Charles de Gaulle, s'adressant aux dirigeants blancs du monde, y compris Moshe Dayan et d'autres en provenance d'Israël et d'autres endroits, pointant vers l'Honorable Elijah Muhammad et déclarant: "Sans cet homme, nous aurions un avenir glorieux ".


Newsweeks Magazine qui annonce qu'une fois de plus, le visage de «terreur islamique» est noir. 

~ Par Wesley Muhammad
Traduit par Franswa Makandal